PAULINE SCHWARTZ

Enfant du théâtre, Pauline Schwartz a fait ses premiers pas sur scène à l’âge de six ans.
Lieu de tous les possibles, le théâtre devient une zone d’épanouissement et de dépassement accessible à tous.

Pourtant, elle se tourne vers les arts plastiques – un rêve plus accessible que celui d’être présidente de la République.

Après plusieurs années d’études, des stages et un emploi dans un centre d’art contemporain, Pauline quitte cette vie de médiatrice culturelle et de coordinatrice d’expositions, ne trouvant plus de sens dans ce début de carrière.
Son investissement auprès de plusieurs compagnies de théâtre en amateur est alors une bouée et un moteur pour aller vers l’autre.

Traversée par de nombreuses interrogations sur sa génération, le travail, l’identité, le vivre-ensemble, elle croise un jour la route de la Compagnie Noutique : elle fera ainsi partie des premiers Daydreamers.

Aujourd’hui, à 29 ans, avec la compagnie Noutique, elle renoue avec le théâtre, qui porte sa parole et cette volonté d’être un amplificateur de voix pour ceux qui n’en ont pas, mais aussi pour donner la possibilité à chacun de s’approprier, de découvrir, de détourner la scène, de créer des liens et des échanges au sein d’un groupe, et d’exister, tout simplement.